#vdp c'est qui?

L'envie, le projet, l'équipe

DSC09867_edited.jpg

Cleoriana Cuadra

Fondatrice

Lorsque je suis tombée enceinte pour la première fois en 2018, j’habitais à Zürich. J’ai alors pu suivre toutes sortes de workshops, cours, ateliers et échanges qui m’ont guidé et accompagné dans cette nouvelle étape de vie. Ces échanges m’ont permis, avec le temps, de mettre en place la parentalité qui me convient et qui correspond à mes valeurs. En 2020, j’ai eu un deuxième petit garçon.

 

Cinq mois plus tard, on partait de Zürich pour revenir vivre à Berne pour être plus proche de nos familles. Devenir parent pour la deuxième fois ne ressemblant en rien à la première fois, j’ai souhaité à nouveau assister à des ateliers ou participer à des échanges sur divers thèmes de la parentalité. Toutefois, il n'y a que très peu d'offre dans la région.

Forte de mon expérience dans l'organisation d’événement (pour avoir travaillé dans l’événementiel culturel depuis plus de 8 ans), de mes idées et du réseau que j’ai développé depuis la venue de mon premier enfant, j’ai souhaité alors créer une plateforme d’échange autour de la parentalité.

C'est donc en octobre 2021 que j'ai fondé la plateforme Hashtagviedeparents - la parentalité sans tabou.

DSC09898_edited.jpg

Magda Talan

Responsable réseaux sociaux et co-créatrice des événements de la plateforme

Mon fils aîné est né en 2018. J’étais alors la première jeune femme de mon entourage à avoir un enfant. De nature curieuse, je me suis informée tout au long de ma grossesse sur la maternité, via des livres, des blogs et des émissions qui passaient à la télévision. Mais je partais du principe que la maternité était quelque chose de naturel, qui se faisait depuis la nuit des temps, et que, par conséquent, il n’y avait pas de raison que cela se passe mal.

 

Je partais donc accoucher sans me douter une seconde du tsunami qui m’attendait à mon retour à la maison. Ce premier post partum a été une claque monumentale, une vague qui m’a complètement submergée sans que je ne puisse me confier à personne. Le drame est bien là, les gens qui n’ont pas encore traversé cette phase de leur vie ne peuvent pas comprendre, et le tabou généralisé autour de la parentalité empêche ceux qui l’ont déjà traversé de parler librement des difficultés qu’ils ont ou non surmontées. C’est bien connu: «un bébé, c’est que du bonheur». Je suis passé très près de la dépression post partum.

 

Depuis cet épisode de ma vie, je me suis promise de ne jamais me taire et de briser tous les tabous liés à la parentalité. Cette prise de conscience m’a permis de préparer différemment mon second post partum. «Le savoir, c’est le pouvoir», et savoir à quoi s’attendre aide à relativiser et à appréhender plus sereinement les difficultés qui se dressent sur le chemin de la parentalité. Depuis mon premier post partum, mes amies ont à leur tour eu des enfants, et j’ai pu être pour elles le soutien que j’aurais voulu avoir, et au travers de nos très nombreuses discussions, j’ai pu bénéficier de conseils précieux qui m’ont également aidée à surmonter les difficultés du quotidien.

 

Cette plateforme me tient donc naturellement à cœur, d’autant plus que je peux le réaliser avec mes deux meilleures amies.

DSC09886_edited_edited_edited.jpg

Carmen Lopes

Responsable des mandats externes et co-créatrice des événements de la plateforme

Maman depuis bientôt 2 ans, je me suis parfois retrouvée perdue, surtout les premiers mois de vie de mon fils, sans savoir vers qui me tourner. En effet, la prise en charge des femmes enceintes est très complète tout au long de la grossesse puis, après l’accouchement, j’ai eu peu d’accompagnement pour répondre à mes besoins tels que des conseils sur le sommeil, les petits et grands problèmes liés à l’allaitement, les pleurs du bébé ou encore la diversification et la vie de couple. Heureusement, j’ai été entourée d’une sœur et d’amies qui sont passées par la maternité avant moi et c’est notamment grâce à nos échanges, que j’ai trouvé les réponses et la sérénité dont j’avais besoin pour vivre pleinement ma nouvelle vie de maman.

 

Et c'est donc l'aspect de partage et de libération de la parole qui me tient à coeur.